Accueil Menu Albums  Personnages Lieux Histoire Acoustique Contact

Le sergent Pasturaud, de la classe 13, a servi au 63e d'octobre 1914 à octobre 1918 .


Il a fait ses classes en 1914 au dépôt de la caserne des Bénédictins (ancien quartier du 63e R.I.) Arrivé sur le front après la malheureuse affaire de Flirey, il a été incorporé à la 5e compagnie - il a eu des échos, sur l'affaire des fusillés, par l'aumônier de son bataillon qui avait assisté les victimes lors de l'exécution -, nommé sergent à Verdun le 7 juillet 1916 (voir page : Verdun) et blessé le 18 octobre 1918 pendant les derniers, terribles et meurtriers, combats de Vouziers.

Blessé au bras gauche, il a éprouvé la hantise de franchir les passerelles (*) - qui étaient le seul chemin possible pour rejoindre le poste de secours - car non seulement, il était handicapé par sa blessure mais aussi par le fait de ne pas savoir nager.

(*) les passerelles étaient des plus rudimentaires : constituées par des planches clouées sur des barriques vides elles avaient été construites par une unité du génie secondée par les pionniers du 63e qui avaient réussit l'exploit d'en lancer quatre dans une boucle de l'Aisne, à l'insu de l'ennemi et en une nuit (17 au 18 octobre). L'endroit avait été bien choisi ; la boucle était entourée de grands peupliers.

Suite à cette blessure, il restera hospitalisé pendant plusieurs mois, ce qui ne l'empêchera pas, malgré une invalidité partielle, de continuer une carrière dans cette armée qu'il chérissait. Emmanuel Pasturaud a été élevé à la distinction de chevalier de la légion d'honneur en 1956.

Vous trouverez ci-dessous, un témoignage par l'image et agrémenté de quelques papiers officiels retraçant, mieux que de longues phrases, sa valeureuse participation à ces quatre années de guerre au sein du 63e régiment d'infanterie.

Pasturaud

Jean Antoine Emmanuel

 (dit Emmanuel)   

Sergent Emmanuel Pasturaud.


Certificat de bonne conduite daté du 29 septembre 1919.

Citation à l'ordre du régiment - 6 décembre 1917.

Sous-officier courageux et dévoué. A participé à toutes les opérations du régiment depuis octobre 1914.

Citation à l'ordre du régiment - 8 novembre 1918.

Au cours d'une contre attaque ennemie, voyant son chef de section blessé à pris le commandement de la section, l'a vigoureusement maintenue sur ses emplacements malgré la violence du bombardement.

En convalescence à l'hôpital du Belvédère de Nice - 21 février 1919.

Assis à l'extrême droite

Légion d'honneur (1956)

Médaille militaire (1928)

Croix de guerre (1917)

Insigne des blessés

Médaille de Verdun

Les décorations du sergent Pasturaud

Livre d'or des soldats de Verdun et médaille de Verdun.

Quelques objets lui ayant appartenu.

Une plaque destinée à être rivée sur la visière du casque Adrian.

La boussole qu'il portait lorsqu'il a été blessé le 18 octobre 1918.

Un petit fanion .

Emmanuel portait sur lui un fanion identique qu'il avait déposé, à la fin de la guerre,comme ex-voto à la basilique du sacré cœur à Montmartre.

Sa plaque d'identité.

Page Citation

La Fourragère du sergent E. Pasturaud.

Page Reims

Un petit morceau de la rosace de la cathédrale de Reims ramassé sur place et conservé précieusement par le sergent E. Pasturaud.

Vous trouverez également des documents iconographiques le concernant dans la page


- Album du 63e R.I. -




Tous nos remerciements à Bernard P, son fils, pour ces précieux documents.

A voir dans d'autres pages

#top

Haut de page

#top

Haut de page

#top

Haut de page