Accueil Menu Albums  Personnages Lieux Histoire Acoustique Contact

TABLEAU D'HONNEUR

63e REGIMENT D'INFANTERIE DE LIMOGES

Baston Charles

Chef de bataillon – Officier supérieur des plus méritants, ayant au plus haut degré le sentiment du devoir. Est tombé le 25 septembre 1915, à la tête de son bataillon qu'il entrainait à l'attaque des positions allemandes.Chef de bataillon – Officier supérieur des plus méritants, ayant au plus haut degré le sentiment du devoir. Est tombé le 25 septembre 1915, à la tête de son bataillon qu'il entrainait à l'attaque des positions allemandes.

Né le 17 septembre 1866 ---tombé pour la france le 25 septembre 1915 dans le secteur de Roclincourt / Thélus.

Adjudant chef - Parti en campagne sur sa demande, blessé et revenu pour la troisième fois sur le front, a été très grievement blessé. Le 25 septembre 1915, en entrainant dans un élan magnifique, sa section sous un feu des plus violents et avec une bravoure qui a été un exemple pour toute sa troupe.

Lieutenant – Officier de la plus grande bravoure, volontaire pour toutes les missions périlleuses. Venu de la cavalerie dans l'infanterie sur sa demande. A eu une attitude superbe au feu dans toutes les affaires auxquelles le régiment a pris part, notamment en Artois, à Verdun et sur la Somme. Le 16 avril 1917, commandant un détachement chargé d'opérer un coup de main, en a assuré le succès complet, malgré une vive résistance de l'ennemi, grâce à ses heureuses dispositions. Déjà blessé. Cinq fois cité à l'ordre.

Reynier

Sous-lieutenant – A fait preuve, le 25 septembre, de la plus grande énergie et du plus grand courage en conduisant sa section vers des tranchées sous une grêle d'obus. Blessé grièvement, a commandé à sa section de continuer le mouvement en avant.

Jumaucourt

Raymond

Soldat – Citation commune obtenue avec trois autres soldats: Le sergent Filsac, le soldat Delage, et le soldat Magaud - Soldats joignant à un courage et à un entrain exceptionnels un complet mépris du danger. Au cours d'un coup de main ont pénétré dans un poste ennemi malgré les obstacles et la résistance opposée par les défenseurs supérieurs en nombre, et se sont emparés de nombreux prisonniers, après un corps à corps acharné. Citation pour l'action obtenue le 1er juin 1918


Laplanche Louis

Lieutenant -Officier exceptionnel, dont le sang-froid et la bravoure, proverbiaux au régiment, ont fait l'admiration de tous, depuis le début de la guerre. Première citation – Au combat du 28 août 1914, resté seul officier de sa compagnie, a soutenu un combat glorieux contre un ennemi très suprérieur en nombre, défandant pied à pied un bois attaqué de tous cotés, et sachant exalter, par son exemple le courage de ses hommes. Deuxième citation - Le 26 septembre 1914,resté seul officier de sa compagnie, entouré presque complétement par la garde prussienne, à vigoureusement maintenu ses hommes en mains, réussissant à établir derrière la ligne de défense naturelle d'un canal dont il a franchi le pont en dernier, sous un feu terrible, après avoir ramené la plupart de ses blessés. A organisé la défense du pont et puissament contribué à l'echec complet de l'attaque ennemie. Troisième citation – Le 5 avril 1915, a pris le commandement de sa compagnie, dont le capitaine venait d'être blessé, et l'a brillamment menée à l'assaut des tranchées allemandes. A maintenu ses hommes sur le territoire conquis sous un feu des plus violents. Quatrième citation – Le 25 septembre 1915, a mené sa compagnie à l'assaut des positions allemandes avec le plus bel élan. Dans le corps à corps, a tué plusieurs Allemands de sa main. Est resté debout seul devant le parapet d'une tranchée ennemie, se battant à coup de fusil jusqu'à ce qu'il ait été atteint de trois bléssures graves . A dû subir l'amputation complète du bras droit et l'ablation du clcanéum. Cité deux fois à l'ordre et fait chevalier de la Légion d'honneur au cours de la campagne.

Soldat - " Soldat d'une bravoure admirable. Le 30 août 1917 étant en sentinelle dans la tranchée de 1er ligne a chargé baïonnette au canon un groupe d'une douzaine d'Allemands qui avaient sauté dans la tranchée; a attaqué avec une telle vigueur qu'il a non seulement dégagé deux de ses camarades, mais encore mis en fuite le groupe ennemi. A été atteint de trois blessures au cours de cette action " Citation du 8 septembre 1917

Morinet Jean

Sergent – A conduit le 21 décembre 1914 sa demi-section à l'assaut des tranchées allemandes avec un entrain admirable. A été tué en atteignant la position ennemie.


Né le 18 mars 1890 --- Tombé pour la France dans le secteur de Jonchery-sur-Suippes.


Vautour

Jean Marie Emile

Capitaine – A fait preuve du plus grand courage, d'une extême ténacité et d'une rare energie en maintenant sous un feu intense sa compagnie attaquée de nuit. Le 26 septembre, ainsi que deux autres compagnies de son bataillon, par une brigade de la garde prussienne. A été tué en repoussant cette attaque.

Né le 11 fevrier 1877 --- Tombé pour la France dans le secteur de St Léonard / ferme de la Jouissance.

Sous-lieutenant – Est tombé glorieusement le 25 septembre 1915 en entrainant sa section à l'assaut des positions allemandes.

Né le 19 octobre 1883 --- Tombé pour la France dans le secteur de Roclincourt / Thélus.

Martegoute Pierre

Cité à l'ordre du jour, décoré de la croix de guerre - A assuré pendant toute la campagne les fonctions d'agent de liaison du capitaine dans les circonstances les plus difficiles, sous le feu violent de l'ennemi.

Le Gouallec Louis

Commandant – Officier supérieur de la plus grande valeur, ayant donné en toutes circonstances, au cours de la campagne, la mesure de ses qualités militaires. S'est particulièrement distingué, à la tête de son bataillon, aux affaire de Reims ( mont St Pierre ) , puis aux attaques de Vouziers, où, après avoir traversé l'Aisne de vive force, il réussit a enlever à l'ennemi ses positions avancées et à lui capturé de nombreux prisonniers, des mitrailleuses et un matériel important. Trois bléssures, trois citations.

Sous-lieutenant – A conduit avec courage et sang-froid sa section dans une attaque de nuit, le 3 avril, puis dans un assaut contre les tranchées allemandes le 5 avril 1915. Officier d'un calme et d'un sang-froid remarquables. Trois fois cité à l'ordre du jour pour sa belle conduite au cours des combats auxquels il a pris part depuis le commencement de la campagne. Blessé le 11 octobre 1915 et le 9 avril 1916, a refusé de se laisser évacuer. A été atteint de nouveau d'une grave bléssure le 26 mai 1916 en se portant à l'attaque d'une tranchée allemande à la tête de sa section de mitrailleuses.

Soldat – Citation commune obtenue avec trois autres soldats: le sergent Filsac, le soldat Laplanche et le soldat Magaud --- - Soldats joignant à un courage et à un entrain exceptionnels un complet mépris du danger. Au cours d'un coup de main ont pénétré dans un poste ennemi malgré les obstacles et la résistance opposée par les défenseurs supérieurs en nombre, et se sont emparés de nombreux prisonniers, après un corps à corps acharné. Citation obtenue le 1er juin 1918

Delage René

Lieutenant – Brillant Officier, d'une bravoure exceptionnet 1917. En pleine action et dans des circonstances particulièrement délicates. S'est spontanément chargé d'exécuter avec sa section une partie de la mission dévolue à une unité voisine à laquelle il a ainsi apporté le secours le plus efficace. A maintenu ensuite sa troupe, très éprouvée, sur un terrain boulversé par le bombardement et repoussé vigouresement une contre-attaque. A été blessé au cours de la campagne.

Sous-aide major -- Excellent auxiliaire de son chef de service, se dépense sans compter. Blessé au poste de secours quelques instants avant son médecin de bataillon, a refusé de se laisser évacuer pour que le service continue à être assuré dans cette situation critique. A fait preuve ainsi d'un dévoument et d'une abnégation dignes d'éloges. Déjà deux fois cité.

Maurandy René

Lieutenant – Très belle attitude sous le feu, aux combats des 24 et 28 août. Est tombé grièvement blessé en entaînant ses homme à l'assaut, le 28 août.


Sous-lieutenant – A conduit avec la plus grande bravoure, le 25 septembre 1915, sa section à l'attaque des tranchée allemandes. Est tombé glorieusement au moment où, arrivé sur la position, il essayait de se frayer un passage à coups de revolver.

Perrette Jacques-Maurice

Première citation -- Capitaine – Au combat du 28 août 1914, malgré une première blessurea continué à conduire avec vigueur une contre-attaque; à été blessé une seconde fois. Deuxième citation – déjà blessé et cité à l'ordre de l'armée pour sa belle conduite le 28 août 1914, revenu sur le front, blessé de nouveau le 5 avril 1915, en menant sa compagnie à l'assaut des tranchées allemandes.

Gentil De Rosier

Jean-Pierre-Edouard

Lieutenant – Officier possédant au plus haut point le sentiment du devoir. Calme, bravoure, tenacité. Le 18 octobre 1918, chargé de missions très importantes, a franchi sans hésiter et à trois reprises des passerelles battues par de violentes rafales de mitrailleuses ennemies, a rapporté des renseignements précieux pour les opérations en cours. Par son énergie, sa consience, et son sang-froid a fait l'admiration de tous.

Citations Page 1 Page 2 Page 3

Benoist du Buis

Luc Joseph

Ménieux Camille

Olinet Hilaire

Charasse Louis

Degrémont

Ménard

Faubert Edouard

Hubert